Paris Insolite - Visite du jardin René Dumont
Demander un devis

Paris Insolite - Visite du jardin René Dumont

Details de l'activité

Niveau: 
Tout public
Activité familiale: 
Pour adultes

Description

Le jardin René Dumont est un lieu méconnu, à la pointe est du Bois de Vincennes. Depuis sa création en 1899, il a plusieurs fois changé de fonction, avant d'être laissé à l'abandon. L'occasion d'un voyage à travers le XXe siècle.

- La promenade commence par l'exposition coloniale de 1907, dont il reste des bâtiments. Les "indigènes" sont alors des curiosités exotiques. Il faut surtout exciter l'imaginaire des visiteurs. Tant pis si le pavillon Marocain est en fait construit par des Tunisiens. Maladroitement, c'est aussi une prise de conscience de l'autre et de sa culture.
- Puis on débouche sur des stèles. Pendant la première guerre mondiale, les soldats venus des colonies combattent et y laissent parfois la vie. C'est un début de reconnaissance. Après la guerre, l'état Français se voit contraint d'accorder des droits aux indigènes. Plusieurs futures grandes figures de l'indépendantisme font leurs études à Paris.
- Les Chinois n'ont pas combattu, mais leurs ouvriers maintiennent les usines en activités lorsque les Français sont au front. Après-guerre, quelques centaines de Chinois s'installent à Paris, près de gare de Lyon. Ils forment la toute première communauté extra-européenne de France. Hélas, au début des années 20, ils sont emportés par la grippe espagnole. Un portique chinois en bois sert de mémorial -sans inscription- pour cet épisode.
- Le jardin tropical évolue en institut de recherche sur l'agronomie coloniale. Les scientifiques doivent développer espèces et engrais qui offriront les meilleurs rendements à l'agriculture des colonies. C'est là qu'émerge René Dumont. Avant tout le monde, il met en doute l'emploi des pesticides et les techniques d'agriculture intensives. En 1974, il devient le tout premier candidat écologiste à la présidentielle.
- Puis ce sont les années 80, alors que Dumont prend sa retraite, le jardin est laissé en friche. Trop politiquement incorrects, le pavillon congolais (où il y avait un "zoo humain") et la mosquée (un décor de théâtre mal orienté) sont rasées. Seul le temple taoïste est restauré.

Partagez cette activité: 

Avec quel passionné ?

Portrait de Joest
Je suis acheteur dans l'industrie. En parallèle, j'ai écris plusieurs romans et depuis 10 ans, je suis journaliste automobile. Je prépare un livre consacré à l'histoire de l'automobile en Chine